Nos Loges de recherche

Les Tableaux de Loge des Maîtres: rituélie comparée GLSREP

 Présentation

Blason Auld Alliance

Le Maître, quel que soit son rite, pratique son art de bâtir en relation avec le ciel. Le Maître a pour mission de diriger les Apprentis et les Compagnons dans la construction d’un chef d’Œuvre commun. Il n’y a point de Chef d’Œuvre commun qui ne passe par la réalisation spirituelle de soi. C’est par la lecture des plans du Temple et leur réalisation sacrée que s’établira un lien entre le Terrestre et le Céleste. Ces plans seraient, d’après la Bible et la légende, d’origine divine et ne peuvent être lus que de manière royale. Cette lecture essentielle implique la présence de la dimension céleste et sacrée dans l’acte réalisateur. Cette dimension devrait être présente dans le Tapis ou Tableau de la Loge, véritable compendium du grade. Ce réceptacle mémoriel d’aspect funèbre réunit l’ensemble des éléments de langage qui permettent à partir d’objets symboliques de passer d’une réalité substantielle à la dimension essentielle de l’Être. La lecture en essence sera renforcée par la légende du grade et par la geste du survol de la mort complétée du passage de l’Équerre au Compas.

La particularité de ce Tableau ou Tapis est de faire figurer une présence reliquaire de Maître Hiram. En effet, l’acte fondateur du grade découle d’un événement traumatique qui est un fratricide. Maître Hiram figure archétypale de l’architecte du Temple est tué par trois mauvais compagnons dans la maison de la reliance entre Dieu et les hommes. Cette maison censée héberger la présence divine est inachevée et la parole du Maître perdue. Ce fratricide nous renvoie au meurtre caïnite et nous interpelle sur le sens et l’essence de nos actes.

Ce crime ouvre la voie aux Maîtres secourables pour réinventer et s’approprier la relation au sacré et redessiner ou redécouvrir une relation transcendante. Les rituels étudiés relatent une méthode maçonnique d’élaboration d’une transmission à partir de la relique ou du souvenir du martyr. Le but de la méthode est de conserver la Tradition et d’éviter la confusion Babélienne qui guette tout groupe d’homme non relié à une influence spirituelle et non soumis au Devoir. Il s’agit à partir d’une représentation reliquaire, d’établir une continuité spirituelle afin d’achever la construction.

L’étude comparée des tableaux de loge et particulièrement de leurs combinatoires de langages symboliques, peut nous permettre de dégager les points communs et le schéma secret d’une transmission. Chacun des intervenants s’appuiera sur ses transmissions et en ce qui me concerne, je rends hommage à Patrick Leterme qui a su faire éclore à la suite de Robert Ambelain ce goût pour la Tradition et nous a accordé les patentes du travail au REP. Je remercie Jean Marc Font et Lau.°. Cons.°. pour leur travail de relecture. Notre approche collective consistera, à partir d’une analyse comparée,  d’établir une grille de lecture commune aux différents Tapis de loge. Nous mettrons en évidence, la portée essentielle du symbolisme reliquaire.
Nous espérons que cette approche, au-delà des convictions personnelles, permettra à chacun d’avancer dans la redécouverte de son propre rite. 

Ce travail de recherche inter-rituélique est ici brillamment porté par les membres de la R.·.L.·. « Auld Alliance », à l’O.·. de Besançon-Courtefontaine, N°29 de la GLSREP.

E.·.R.·.

Vous pouvez commander l’ouvrage de 322 pages, via la Loge de Besançon ou par mail à contact@glsrep.com

Table des matières

Introduction. – Page 11

I – Des rites en franc-maçonnerie. 16
1 – Différences entre les rites. 20
2 – La représentativité du métier. 23
3 – La représentativité spirituelle. 24
4 – La représentativité hermétique. 24
5 – La représentativité humaniste. 25
6 – La représentativité militaire. 26
7 – Premiers éléments de synthèse pour entrer en rituélie comparée. 27

II – Présentation historique des Rites. 28
1 – l’Ordre OITAR et du Rite ROS. 28
2 – Présentation historique de la GLDF. 32
3 – Présentation historique du REAA du DH.. 34
4 – Présentation historique du Rite REAA 1802. 36
5 – Présentation historique du Rite Écossais Rectifié. 38
6 – Présentation historique du RSE.. 40
7 – Présentation du Rite Français Moderne. 47
8 – Présentation historique et légendaire du REP.. 50

III – Éléments substantiels composant les Tableaux de Loge. 59
1 – L’Homme. 59
2 – La langue sacrée. 63
3 – Les outils. 66
4 – Les éléments architecturaux des tableaux et tapis. 75
5 – Les éléments végétaux. 80
6 – Les couleurs. 85
7 – Répartition des 42 éléments substantiels présents sur les tableaux. 93

IV – Dimension vécue du Tableau de Loge. 96
1 – Le Tableau de Loge du 3ème au Rite Opératif de Salomon. 98
2 – Le Tableau de Loge du 3ème au REAA – GLDF. 111
3 – Le Tableau de Loge du 3ème au REAA – DROIT HUMAIN.. 121
4 – Le Tableau de Loge du 3ème – REAA 1802. 130
5 – Le Tableau de Loge du 3em RITE ECOSSAIS RECTIFIE.. 137
6 – Le Tableau de Loge du 3ème degré au Rite Standard d’Écosse. 143
7 – Le Tableau de Loge du 3ème Grade au Rite Français. 160
8 – Le Tableau de Loge du 3ème au Rite Écossais Primitif 167

V – ANALYSE STRUCTURALE DU TABLEAU.. 191
1 – Partition du tableau.. 191
1-1 – Le carré de 9. 191
1- 2 – Carré long de 9 cases. 192
2 – Images et associations mentales, regroupement des signifiants. 195
3 – Schéma de lecture symbolique et géométrique du grade. Structure absolue. 208
4 – La traversée axiale des trois plans : catabase du Compagnon et anabase du Maître intérieur. 212
4-1 – La catabase. 212
4-2 – L’anabase. 213

VI – ANALYSE COMPARÉE EN ESSENCE.. 219
1 – Introduction à l’essence symbolique. 220
2 – Une autre lecture. 225
3 – La mort du Héros et ses conséquences. 230
4 – Que révèlent les substitutions récurrentes ?. 234
5 – La technique traumatique, le secret du Maître. 241
6 – Passage d’un plan à l’autre. 246
7 – Dynamique des invariants essentiels au sein d’un reliquaire. 251
8 – Dévolution descendante et réintégration montante. 256

VII – BASES DE L’ANALYSE PHENOMENALE DES TABLEAUX RELIQUAIRES : Convergence structure/essence. 265
1 – Approche du classement en essence dit « posticonique » des « objets contenants » 270
2 – Classification en essence des 42 contenants 276
3 – Les trois familles exprimant l’essence. 279
La Forme- 1ere famille expressive. 280
La Mémoire – 2ème famille expressive. 280
La Parole, Signe et traces –3ème famille expressive. 281
4 – Les trois règnes structurants : matériel, végétal, animal entre Parole et Lumière. 282
RÈGNE ANIMAL – Anthropie essentielle. 284
LANGAGE SACRE – Parole. 286
RÈGNE VÉGÉTAL.. 289
LUMIÈRE – CONSCIENCE – PERMANENCE.. 292

VIII – ANALYSE MODULAIRE ESSENTIELLE DES TABLEAUX.. 293
1 – Une approche modulaire essentielle. 294
2 – Un module « opérant ». 295
3 – Les 6 modules opérants. 296
3-1 – Modulation du regard.. 297
3-2 – La mandorle. 299
3-3 – La croix tridimensionnelle. 302
3-4 – Le système pendulaire. 304
3-5 – L’élan vital 305
3-6 – Les combinatoires autour du langage sacré. 306
4 – Approche quantitative des modules et appareils. 307
Répartition modules opérants / appareils opératifs sur 8 Tableaux. 309
5 – Synthèse opérante par Tableau (Orient en haut de la page) 311

Bibliographies. 318