Librairie du REP

Le LIVRE DE L’APPRENTI

L’apprenti au Rite Écossais Primitif est un franc-maçon qui œuvre dans la tradition ancestrale de l’éveil de l’esprit. De toutes les écoles initiatiques, la franc-maçonnerie demeure la seule en occident à transmettre la base des enseignements de la sagesse antique. Ce corpus de sagesse s’est enrichi de nombreuses influences qui font de la franc-maçonnerie à la fois un conservatoire et un laboratoire. Conservatoire, car pour transmettre il faut « connaître », avoir une vision d’un Tout dans un cadre ritualisé. Laboratoire, car il faut beaucoup travailler, émettre ses propres idées et les confronter à la vérité cachée des symboles, puis élaborer et participer à l’Œuvre commune. Ce livre entend, dans la lignée des Loges régimentaires stuartistes, et de nos prédécesseurs éclairés, transmettre une petite partie de cette connaissance acquise dans l’exercice d’une franc-maçonnerie de tradition. L’auteur fera apparaître les différences entre les rites maçonniques pour mieux comprendre l’architecture du REP. Nous dépasserons volontairement les strictes limites de l’apprentissage en abordant succinctement les thèmes d’autres grades. Cette perspective ouverte à la curiosité de l’apprenti devrait motiver son désir de franchir la frontière entre savoir et connaissance.Le postulat du Rite est ici d’apporter une vision qui soit un trait d’union entre les hommes de toutes croyances. En s’appuyant sur le fond culturel ésotérique et humaniste, le REP autorise un œcuménisme autour des principes universels. Au même titre que le Grand Architecte de l’Univers, l’universalisme métaphysique de ce rite aboutit à une spiritualité « construite » en trois grades.

Sommaire du Livre de l’Apprenti – 452 pages

PRINCIPES D’ACTION MAÇONNIQUE.. 5

La Question. 6

La réponse. 7

La conscience pour soi 8

La croyance en quelque chose de grand. 9

Le Schéma et les voies mises en œuvre. 10

Les deux niveaux d’élévation. 11

L’exemple. 13

L’étincelle. 14

La connaissance. 15

La ritualisation. 16

Le symbole en action. 19

Construire l’exemplarité. 22

LES RACINES DE LA FRANC-MACONNERIE. 26

Les racines mythiques, grands archétypes et concordisme. 26

Les racines opératives, thésaurus des outils. 28

Les racines aristocrates et l’universalisme. 31

Le mixage anglo-écossais et «  l’entre soi ». 34

De l’Écossais primitif  à l’Ecossisme. 35

Cristallisation des rites. 37

Les surgeons continentaux et le génie Français. 38

Rivalités et tentatives d’hégémonie maçonnique. 45

Le caractère « écossais » du Rite Ecossais primitif. 48

FRATERNITÉ INITIATIQUE DU RITE ÉCOSSAIS PRIMITIF. 52

DEVOIRS DE L’APPRENTI : 56

Le respect 56

Assiduité aux Tenues. 56

Amour Fraternel et Tolérance. 57

Réalisation Initiatique. 57

Résumé : Comportement et aspirations. 58

LA CÉRÉMONIE D’INITIATION – ÉPREUVES.. 59

La réception et ses 8  étapes. 60

LES QUATRE ÉPREUVES.. 62

Épreuve de la Terre. 64

Le testament : 65

Le Cabinet de Réflexion, découverte : 67

La recomposition rétro-centrée. 69

Symboles de vie : 72

Symboles temporels : 75

La sortie du Cabinet de Réflexion – Préparation. 79

L’abandon des métaux – le dépouillement matérialiste. 80

Ni nu ni vêtu – l’abandon des apparences. 81

Les Trois Grands Coups. 83

La Porte intérieure. 84

La Porte basse. 85

Épreuve de l’Eau. 87

Épreuve de l’Air. 89

Épreuve du Feu : 90

LES PROMESSES et le SERMENT.. 95

Promesse de Silence. 96

Promesse de Solidarité. 99

Promesse d’engagement maçonnique. 101

LA TRANSMISSION DE LA LUMIÈRE.. 105

Épées tendues. 106

Présentation du Miroir (n’existe pas au REP à ce degré). 107

Consécration.. 108

Crée, reçoit et constitue. 110

Les Trois Lumières. 112

Dédoublement en Trois Grandes Lumières du serment 113

Le Tablier et les Gants blancs. 120

Communication des sept secrets conventionnels. 123

1)         La Marche (le pédestre) 125

2) La mise à l’Ordre. 126

3) Le signe guttural. 127

4) La Batterie. 128

5) L’Acclamation. 129

6) L’Attouchement. 130

7°) Le Mot sacré. 130

Premier travail 133

Chaîne d’Union.. 134

CATECHISME ET INSTRUCTION DU GRADE . 136

Résumé. 140

DISCOURS DE L’ORATEUR.. 141

DES PARVIS À L’ENTRÉE EN LOGE.. 148

La lumière naissante. 148

L’abandon des métaux. 149

Le franchissement de la Porte. 150

Les « mots-clefs » du franchissement 152

La frontière intérieure. 152

La double lecture. 153

L’accouchement à la Lumière. 155

L’ENTRÉE EN LOGE.. 158

Placement des Frères : 158

Arrivée de la Lumière en Loge. 160

LE TRACE DE LA LOGE.. 163

LE TRAVAIL EN LOGE. 166

La marche axiale de l’Apprenti 170

Tuilage des FF\Visiteurs. 173

La Voûte d’acier. 174

OUVERTURE DES TRAVAUX AU REP.. 175

CLOTURE DES TRAVAUX : 190

Synchronisation de l’extinction des lumières. 192

ETUDES THEMATIQUES.. 193

Description du temple et règle universelle de construction tripartite  194

Mesure spatiale de la Loge et du Temple. 199

La Voûte Etoilée : 200

La Corde à Nœuds : 202

LES DEUX COLONNES ET LEUR POSITION… 204

Apparition du grade de Maître et dissociation du mot sacré. 206

Dimensions et fonctions des colonnes. 213

Complémentarité des Colonnes. 215

Les solstices ou le cycle de la lumière et des ténèbres. 217

Janus. 219

La Lumière et le temps cyclique. 220

La dichotomie du Nord maçonnique. 221

Les deux Lumières de l’Apprenti au REP.. 222

Principe d’équilibre de la colonne J. 222

Le regard hermétique du REP.. 224

L’alliage d’airain est une alliance. 226

DÉCORATION DE LA LOGE AU REP : 229

LE TABLEAU DE LOGE DES APPRENTIS. 241

Principes généraux du Tableau de Loge. 241

Tout entier le tableau poursuit trois objectifs : 242

La craie et le charbon.. 244

Imago Mundi 247

L’enceinte du Temple. 249

La Corde à Nœuds ou Cordeau.. 250

L’Hexagramme et le nom… 252

Le Triangle Universel 254

Des Grands Luminaires au Maître de Loge. 256

L’Equerre, le Compas et la Bible. 258

Principe de progression, émergence de l’esprit. 260

Les Trois Fenêtres. 263

La Perpendiculaire et le Niveau.. 263

Le Niveau.. 264

La Pierre Brute et la Pierre Taillée. 265

La Règle à 24 pouces. 267

Le Maillet et le Ciseau.. 267

La Porte occidentale. 268

Les Trois Marches. 270

Le Pavé Mosaïque. 270

Les Trois Chandeliers-Flambeaux ou Lumières d’Ordre. 275

L’ennéade traditionnelle des outils et la gradualité. 276

Les officiers : rôles et fonctions. 285

Le Vénérable. 285

–un Flambeau à trois étoiles, 287

-La Bible, 288

L’Epée Flamboyante. 290

Le Maillet 291

Les Surveillants. 292

Le Second Surveillant 294

Le Premier Surveillant 298

L’Orateur. 301

Le Secrétaire. 302

Le Maître des Cérémonies. 303

Le Frère Terrible. 307

Le Trésorier. 308

Elémosynaire ou l’Hospitalier. 309

Économe ou maître des banquets. 310

Discours de l’Orateur lors de l’installation annuelle du collège d’officier au REP. 312

L’unité, le binaire et le ternaire. 315

Du Ternaire à l’Unité, métamorphose du regard de l’Apprenti. 315

Trois, ou la clef de voûte cosmogonique et civilisatrice. 318

L’apparence trompeuse, changer le regard sur le binaire…… 321

Désirer la lumière. 323

1°) Le Ternaire dans le Hékal 325

Les premiers pas ; du binaire au ternaire. 325

Les premiers indices. 326

Tenir le cap. 328

Les moyens à sa disposition. 329

Le cadrage divin. 331

Tripartition unitaire ou l’âme de l’initié. 332

Confirmation autour du Tableau de Loge au REP.. 333

2°) La Lumière du Debhir. 336

Ternarité de la Lumière et l’œil de l’esprit 336

La Lumière source et différenciation binaire : 340

LA LUMIÈRE INITIATIQUE OU L’ÉVEIL DU MAÇON… 346

Lumière et Vérité. 348

Le sens caché et les mots semences : 350

Le hoodwink. 353

La vision herméneutique et œcuménique. 354

La vision du Tout. 357

Lumière en loge et son émanation chez l’initié : 358

CE QU’ÉPELER VEUT DIRE.. 365

Le Silence complément à ce qu’épeler veut dire. 366

Le Silence inter-lettré. 367

Il Faut être Trois pour épeler ! 369

Epeler avec son corps, son âme et son esprit. 371

Nous épelons pour sortir du Chaos. 372

La « non-parole » du pré-instant. 373

Rassembler ce qui est épars. 373

La succession des mondes. 374

Extraits de la caverne de Platon.. 375

Les Rites maçonniques (aperçu) 383

Liste des principaux rites maçonniques. 384

Rite Écossais Primitif et les premières Loges régimentaires et civiles en France. 389

Les Constitutions d’Anderson, 1723. 393

18 Fiches « Mémo-rapide » des apprentis. 401

1)          LE CABINET DE RÉFLEXION.. 401

2)          LE SYMBOLISME DES VOYAGES.. 401

3)          LE PAVÉ MOSAÏQUE.. 402

4)          LE SYMBOLE.. 404

5)          LE SYMBOLISME DE LA PIERRE BRUTE.. 406

6)          LE TABLEAU DE LOGE.. 407

7)          LE MAILLET ET LE CISEAU.. 408

8)          LE SOLEIL ET LA LUNE.. 409

9)          LES OFFICIERS.. 410

10)       Le SYMBOLISME de L’Ouverture Des Travaux. 411

11)       Le SYMBOLISME Des Outils. 412

12)       L’ÉPÉE : 413

13)       LES DÉCORS.. 413

14)       LA CHAÎNE D’UNION.. 415

15)       LA CIRCULATION.. 416

16)       LA FÊTE DE LA SAINT-JEAN.. 416

17)       MOURIR POUR RENAÎTRE.. 418

18)       L’ESPRIT DE LA MAÇONNERIE.. 419

COMMENT TRACER UNE PLANCHE.. 419

LEXIQUE DES TERMES MACONNIQUES.. 424

Lectures de l’Apprenti 442

Le Rite Écossais Primitif à ses propres ouvrages destinés notamment aux Apprentis, Compagnons et Maîtres. On peut les obtenir en se rapprochant des V.°.M.°. de nos loges ou en écrivant à notre obédience: glsrep@orange.fr

Le Livre du Compagnon au REP:

Livre du Compagnon au Rite Écossais Primitif

« À la recherche de la lumière, vous effectuez donc cet exercice de découverte du monde et de vous-même, toujours en vous « orientant » au sens propre du mot. La lumière vient de l’Orient et votre but et connu. À la différence du vagabond qui marche au hasard sans horizon ni Orient, le pèlerin pérégrine pour rejoindre un horizon précis, et pour revenir à son point d’origine métamorphosé par cette rencontre avec lui-même. Le pèlerin entreprend plus qu’il n’espère. Le vagabond espère sans entreprendre. Tout voyage est extérieur et intérieur. La lumière de l’Orient sera votre boussole. Elle sera une étoile comme un signe du divin. Les chemins de la Lumière sont fréquentés par les pèlerins et vos Frères sont vos compagnons de route. Mais, faut-il préciser que chacun fait son propre chemin intérieur. Celui-ci est unique. Un jour viendra, ou vous ferez la synthèse entre ce plan horizontal représenté en loge par le pavé mosaïque et la troisième dimension représentée par le fil à plomb. L’un des buts de votre grade est de vous faire ouvrir les yeux en direction d’un centre axial mystérieux. Alors vous aurez peut-être découvert votre propre centre, ce qui dans la tradition hermétique correspond à la pierre cachée ou la pierre philosophale. » Extrait du discours de l’Orateur. Il n’existait aucun ouvrage de base traitant du grade de Compagnon au Rite Écossais Primitif dans la transmission authentique de Robert Ambelain. Cet oubli est réparé. L’ouvrage fait partie des études qu’a consacrées l’auteur à l’ensemble des grades et degrés de ce Rite, réveillé en 1985 par Robert Ambelain et régulièrement pratiqué et transmis à la GLSREP. Le Livre du Compagnon est donc destiné à ceux et celles qui ont fait le passage sur la colonne du Midi et qui s’intéressent à la richesse du Rite Écossais Primitif.

Sommaire du Livre du Compagnon au REP – 325 pages.

Le Contexte général. 9

L’aménagement du grade de compagnon.. 17

L’apport de l’Ecossais Primitif : 25

1ère PARTIE:

CREATION/RECEPTION/CONSTITUTION.. 42

I / Examen extérieur et mise en l’état de réception.. 42

II / L’identité vraie, la force d’âme et le passage. 48

III / Les cinq voyages de probation.. 56

1/ VOYAGE DE LA RECONNAISSANCE.. 56

2/ VOYAGE DE L’INTEGRATION.. 59

3/ VOYAGE DE LA RÉVÉLATION.. 62

4/ VOYAGE DE L’APPROPRIATION.. 66

5/ VOYAGE DE L’INCORPORATION.. 70

IV / Principe d’élévation du plan.. 73

Élévation du niveau de conscience et quinte-essence. 75

Élaboration de la clef du compagnon. 80

V / Serment, Réception, Invocation, Récapitulation. 86

SERMENT.. 86

RECEPTION.. 88

INVOCATION.. 89

RECAPUTULATION.. 92

RECONNAISSANCE.. 92

VI / Tradition et convergences Orient / Occident. Chemins de la Connaissance. 97

   A ) Transmission Orale à l’Orient au « Compagnon entrant ». 98

1/De l’hexagramme au carré long, les secrets du Plan. 100

2/ De la pierre cubique à pointe à la clé de voûte, les secrets de l’Axe. 111

B) Transmission à l’Occident en « cinq points de vue » vers la Connaissance. 115

1/ L’expérience intérieure et le temps extérieur. 116

2/ Perspective, mesure et point de vue transcendant. L’échelle de la Connaissance. 118

3/ De l’âme à l’utile. 123

4/ Lecture du divin.. 123

5/ Concevoir le divin plan.. 127

2ème Partie / INSTRUCTION DU GRADE DE COMPAGNON.. 129

La raison d’être du compagnon. 129

La réception. 130

Le portique. 133

La Loge écrin de la croix tridimensionnelle. 136

Manifestation du divin et possibilités humaines. 141

Le sentiment de l’Universel 145

Les 3 ornements. 145

Les 6 outils et instruments de l’élaboration.. 147

Expression symbolique et conscience éclairée. 150

1/ Se définir. 150

2/ Voir la lumière Salomonienne. 151

Mutation du maçon en Compagnon. 152

Persévérance dans le Bien. 153

L’épellation. 155

Le mot du sage. 156

5 le nombre de l’homme. 161

3ème partie / IMAGO MUNDI DU COMPAGNON.. 163

Le tableau de loge et son approche métaphysique 163

Rappel des fondamentaux. 163

La mémoire du grand schéma. 166

Le fondement « sacré » du tracé de loge. 167

La vision fractionnée du grand schéma fonction de l’état d’âme. 168

La tabula universalis. 169

Du point au Tout 171

Le tableau d’avancement de l’esprit et le Tablier du labeur. 178

Ordonnancement du tableau du compagnon. 179

De la ligne au plan : 182

Croisement au centre. 183

De la porte et du gond. 184

1)        Parcours périmétrique de la transformation.. 187

a)       Le maillet et le ciseau superposés en X. 187

b)       Superposition du levier ou pince avec la règle à 24 pouces. 188

c)        La règle. 189

d)       Le point, la règle et le Tout. 195

e)        La Truelle outil de la fraternité construite. 202

La truelle ou le triangle opérant 203

Réalisation descendante. 206

1) Morale opérative par l’application de la Truelle. 207

2) Métaphysique de la Truelle. 210

3) L’espace démiurgique du maçon. 213

f)        La Houppe dentelée et les 7 Étoiles. 217

g)        L’épée instrument d’une médiation. 218

h)       L’épée et les deux fenêtres. 221

i)        La pierre cubique à pointe surmontée d’une hache. 223

La hache, le maillet et l’épée. 232

Le modèle caché de la pierre cubique à pointe. 236

    2)                                                                                 Entrée dans le groupe intérieur. 244

Les deux voies et les deux colonnes. 244

Les propriétés de l’hexagramme dans le groupe intérieur : 250

Les deux colonnes sont témoins de la latéralisation par l’hexagramme. 250

L’hexagramme miroir hermétique. 251

L’hexagramme moteur de la duplication – manifestation. 255

L’inversion de la relation Compas-Equerre. 256

L’Équerre, la Perpendiculaire, le Niveau. 257

L’étoile flamboyante et l’étoile rayonnante et la lettre G. 260

La référence Biblique. 261

3/ L’étoile brillante du matin éveille de la conscience de soi et du tout . 262

Méthode intégrative. 264

Lecture en trois dimensions. 267

Au-delà du visible. 268

God.. 269

4ème Partie : Les Tracés du compagnon (aperçu) et études. 272

Principe de duplication et carré long (rappel) : 272

Le tracé du carré long : 272

Méthode pour Tracer le Pentagramme : 273

Méthode pour Tracer l’Hexagramme : 275

La porte sur l’invisible. 277

Les sept arts libéraux, lumière liberté et transition. 284

Du respect à la fraternité. (Dimension morale du grade) 295

1) Le respect est une valeur absolue en regard de la causalité première. 297

2) Le respect en valeur relative liée à la connaissance de soi. 299

3 ) Le respect sans conscience. 301

4) Du plan à l’action. 303

Tétraktys Pythagoricienne. 305

Discours de l’Orateur au nouveau compagnon à l’Ecossais Primitif. 313

Discours d’instruction. 315

Le Rite Écossais Primitif à ses propres ouvrages destinés notamment aux Apprentis, Compagnons et Maîtres. On peut les obtenir en se rapprochant des V.°.M.°. de nos loges ou en écrivant à notre obédience: glsrep@orange.fr

LE LIVRE DU MAÎTRE

Livre du Maître Au Rite Écossais Primitif

Le Maître pratique son art en relation avec le ciel. Pour cela il tente de réaliser en soi la perfection. Cette perfection, c’est d’être et agir avec la sagesse, la force et la beauté en soi.
C’est par la lecture du plan du Temple, tracé sur la Planche des Maîtres et son interprétation sacrée que s’établit un lien entre le terrestre et le céleste. Ce plan est d’après la Bible d’origine divine. Ce plan ne peut être lu que de manière royale, par la présence de la dimension céleste dans l’acte de bâtir. Tout les symboles, les outils et instruments des grades précédents qui servent l’édification du Temple, sont finalement reliés au symbolisme céleste. Il fallait que le franc-maçon, l’homme qui intervenait dans le réel et façonnait les formes, puisse être relié au ciel.
Le grade de Maître nous explique comment passer de l’individuel à l’Universel par l’aspiration naturelle de l’homme à la transcendance face à l’échéance de la mort. Le Maître chargé de répandre la lumière dans le Monde, va rechercher ce qui peut être immortel et lumineux en l’homme et comment en assurer la transmission, sans tomber dans le dictat de la croyance dogmatique. Sa liberté d’interpréter la transcendance reste totale, mais la pratique saine de l’exemplarité et du respect du Devoir restent les bases de son comportement.
L’acte fondateur du grade découle d’un événement marquant qui est un fratricide. Maître Hiram est tué par trois mauvais compagnons dans le Temple de la reliance entre Dieu et les hommes. Ce fratricide nous renvoie au meurtre caïnite et nous interpelle sur les conséquences de nos actes et notre relation au divin.
L’image de la mort fait réveiller en soi une dimension éclairante. Il s’agit de percevoir dans le corps décomposé du Maître, l’ultime secret de la vision et de la lecture des plans divins pour finir le chantier. C’est le secret du relèvement du Maître intérieur qui associe étroitement la vision totale à la parole…
Ce livre vient clôturer la trilogie : Apprenti, Compagnon, Maître du Rite Écossais Primitif. Il n’existait aucun ouvrage traitant de ce rite cet oubli est réparé y compris dans les grades suivants avec le Maître Parfait Écossais et le Chevalier de Saint-André.
Chacun reste libre de ses interprétations, cependant il semblait indispensable de mettre en relief les différences du Rite Écossais Primitif en regard de la pratique des autres Rites.

1ère Partie : Le Maître au Rite Ecossais Primitif. 15

TITRE I : Apparition du grade de Maître : 15
1 – Les sources du grade. 19
2 – L’inflation des grades. 23
3 – Typologie du Maître. 24

TITRE II : La légende d’Hiram. 26
1 – Matériaux et panorama de la recomposition Hiramique. 31
2 – Les constantes de la transmission dans les grands mystères. 35
3 – Religare et tradere entre Salomon et Hiram. 41
La filiation Hiramique. 43
La spéculation Hiramique de la reliance. 44
Le devoir de transmission. 46
Différence entre le tradere et le religare. 48
Un rituel spécifique d’élévation est indispensable. 49
Les limites du tradere et du religare. 52
4 – Une légende polysémique. 54
Les mythèmes du passage. 54

TITRE III : Les moyens d’expression et d’action du Maître. 59

1 – Les outils et instruments du Maître. 59
2 – La Règle et l’ordonnancement céleste. 62
3 – Le Compas : Le point, la règle et le Tout. 68
4 – L’Équerre de la matérialisation. 74
5 – la Truelle de la réalisation par l’union. 75
6 – La Planche à tracer : élaboration de la Parole et du Plan. 76
La quadrature céleste et le méta-langage. 82
7 – Le nombre 7, le nombre 9 et le nombre 15 : apologie de l’unité et du centre 86
La contemplation de la création. 87
La chambre du Milieu, une progression vers le centre. 90
Retour à l’unité primordiale, mémoire de la tradition primordiale. 92
8 – L’étoile des Maîtres, le centre de l’hexagramme. 93
9 – La couleur noire. 97
10 – La coiffe. 97
11 – Rassembler ce qui est épars, tendre vers l’unité. 98
12 – De l’Orient à l’Occident 99
13 – Les signes et attouchements. 100

SIGNE. 100
ORDRE. 100
ATTOUCHEMENT. 100
MARCHE. 100
SIGNE D’HORREUR.. 101
SIGNE DE DÉTRESSE. 101
LES CINQ POINTS PARFAITS. 101

TITRE IV : Le tableau de loge du Maître et son franchissement 102
1 – Descriptif : 103
2 – La marche du Maître : de la lumière terrestre à la lumière céleste 105
Ascension des trois niveaux de l’Etre. 106
La montée centripète : 110
L’arbre de vie maçonnique : 110

Titre V : Schéma de lecture symbolique et géométrique du grade. 112

2ème Partie : RÉCEPTION D’UN MAÎTRE MACON… 115
Décoration et mystère de la Chambre du Milieu et rituellie. 115
1 – La mise en l’état 119
2 – L’interrogatoire. 122
3 – L’entrée retro centrée, le passage des petits aux grands mystères. 124
4 – Les voyages de la maîtrise. 128
Au 3ème voyage 129
Au 6ème voyage 130
Au 9ème et dernier voyage 133
5 – Le retournement 134
6 – La rencontre de l’axe céleste, l’envol vers l’Orient. 136
7 – Les trois promesses. 137
8 – La légende du grade. 141
A – de la triangulation du divin et de l’œuvre : 141
B – Organisation ternaire du chantier de l’homme et du Temple. 144
C – Du sel au dévoiement 148
Dévoiement de la règle ou la démesure : 149
Dévoiement du maillet devenu marteau : 151
Dévoiement du levier et de la force : 152
D – La perte du guide et la fin d’un cycle – le nombre 9 et la branche d’acacia 153
E – Le deuil – La parole substituée – Incorporation du postulant 157
9 – Le serment, la création, la réception, la constitution et le relèvement du Maître intérieur. 163

3ème Partie : INSTRUCTION DU GRADE DE MAÎTRE.. 168
Discours de l’Orateur. 182

4ème Partie : Le cycle de la « Parole perdue et substituée ». 189

TITRE I : La parole perdue, ses clefs de lecture et perspectives 190
1 – Introduction au sens hermétique de « Mackbenah ». 192
2 – La signification hermétique du mot 194
3 – La signification Babélienne de la perte de la parole. 199

TITRE II : L’assassinat de l’architecte. 202
1 – La question de l’autorité surplombante et son importance dans la notion de parole perdue. 203
2 – La représentation œcuménique du divin et sa triangulation maçonnique 205
3 – Émergence d’une spiritualité construite fondant le « sacré-réel » 208
4 – Le registre perdu. 210
5 – Du divin organisateur au Grand Architecte –descente de l’autorité surplombante 211
L’autorité surplombante 211
La mémoire 212
La codification : 213
L’oubli et la reconquête 214

TITRE III : La Parole et le langage. 216
Recherche des clefs de lectures – retrouver une parole. 216
1 – Pour lire et communiquer l’initiatique il faut plus qu’un langage profane et verbal. 216
Le mot sans prononciation. 216
Saisir le vif 219
La putréfaction et ses suites alchimiques: 221
1 – la calcination : 221
2 – la putréfaction : 221
3 – la solution : 222
4 – la distillation : 222
5 – la conjonction : 222
6 – la sublimation : 222
7 – la coagulation : 223
2 – Le transfert du « sacré réel » au « sacré divin ». 224
La pierre bâtie par l’homme 225
La séparation. 226
Le relèvement de Bethel et la subordination de l’acte humain au divin. 227
Le relèvement d’Hiram et principe d’inversion. 229
3 – Le secret de la parole perdue. 233
Notion de crime utile. 233
Les traces. 234
A – Découvrir la parole perdue oblige le Maître à travailler sur trois axes. 235
1 – Sur l’encodage du langage et son « incorporation » par concordance terrestre/céleste. 235
2 – Sur la recherche et la prononciation du nom divin. 236
3 – Élaboration d’un métalangage de la transcendance. 237
B – La parole perdue entraîne une substitution de registre : 238
La présence subtile. 238
L’essence, le Maître et l’élargissement du domaine du réel 239

TITRE IV : L’acte et la Parole. 244
1 – L’acte et le mot 244
2 – L’antériorité de l’acte artisanal : l’acte devient mot 245
3 – L’antériorité de la Parole divine : la Parole devient acte. 247

Titre VIII : La parole perdue révèle l’encodage du vivant et ses clefs de lectures. 249
1 – Comment augmenter nos capacités de perception et d’expression ? 250
2 – L’enjeu de l’encodage universel du sens face à la babélisation. 253
3 – Organisation de la mémoire et visualisation. l’Art de Mémoire. 255
4 – Les clefs et les miroirs de lecture et leurs limites. 259
Les 4 limites dans l’usage des clefs et miroirs de lecture : 260

1 – la mystique : 260
2 – l’hermétisme : 260
3 – la magie : 261
4 – l’effet relatif : 261

TITRE IX : Aboutissement du grade : L’éveil du Maître intérieur par la mort du Maître architecte. 263
1 – Les cinq points parfaits. 264
Verticalisation géométrique. 265
Verticalisation herméneutique et morale. 265
La geste prophétique et morale. 267
Les 5 points des petits mystères et les 10 points des grands mystères 268
2 – Nature double de la transmission et ses effets. 269
La double transmission manuelle et verbale. 269
L’impérissable et l’imprononçable. 270
Transmission de l’esprit 271
L’influx spirituel et le centre. 271
Le réveil 272
Le secret du passage. 273
La mort enfin. 274
Tripartition de l’Être. 275
Principe de continuité. 276
3 – Étude du couple mort et renaissance en matière initiatique. 277
Que recherche-t-on en faisant mourir Hiram ?. 278
Le processus d’éveil 279
L’image Christique. 280
4 – Finalité de cette mort / résurrection en matière initiatique. 281

5ème Partie : rituel d’ouverture et fermeture. 283

OUVERTURE DES TRAVAUX EN CHAMBRE DU MILIEU.. 283
FERMETURE DES TRAVAUX EN CHAMBRE DU MILIEU.. 287

Le Rite Écossais Primitif à ses propres ouvrages destinés notamment aux Apprentis, Compagnons et Maîtres. On peut les obtenir en se rapprochant des VM de nos loges ou en écrivant à notre obédience: contact@glsrep.fr

Le Maître Parfait Écossais.

Le Maître Parfait Écossais au REP GLSREP

Exil et Perfection.

Ce grade appartient à la grande famille des Maître Écossais qui à vu le jour au début du XVIIIème siècle. Il est le 5ème grade du Early Grand Scottish ou Rite Écossais Primitif qui par son antériorité fut la base générique de nombreux rites. Robert Ambelain aimait à rappeler que ce rite était « Primigemus more majorem » le premier parmi les plus anciens. C’était un rite pratiqué par les officiers et bas-officiers des régiments Écossais et Irlandais ce qui explique sa simplicité essentielle, son efficacité initiatique et son ouverture spirituelle. Ce grade s’inscrit dans l’idée d’une nécessaire perfection des Maîtres dans un contexte historique particulier. La perfection des Maîtres est rendue nécessaire par la somme des connaissances initiatiques indispensables pour progresser d’une part vers le Vénéralat qui reconstruit le Temple détruit, et d’autre part vers les grades de chevalerie maçonnique qui le protège. Il est Écossais par ses origines Stuardistes dans la grande histoire de l’exil de la famille royale à Saint-Germain-en-Laye en 1688 qui introduisit ce rite sur le continent bien avant la constitution de la Grande loge de Londres. C’est un grade qui relate l’exil du peuple hébreu après que le Temple de Salomon fut détruit et le retour des précurseurs de la reconstruction. Cet exil par mimétisme politique affermit l’idée d’une reconquête du trône par les Stuarts, eux-mêmes exilés. La dimension politique des loges de l’époque est un fait historique indéniable, mais elles furent aussi un lieu de rencontre et d’échange des factions politiques rivales. Grade de perfection et d’exil, il nous explique que dans l’ascèse de la foi maçonnique et l’espoir actif des temps meilleurs, un enseignement peut être transmis. Voici donc un grade historique dans sa pureté originelle qui n’a subi aucun syncrétisme.L’ouvrage est une première approche des mécanismes initiatiques de la perfection dans l’ascèse. Il offre à qui veut l’entendre un message d’espoir et une découverte initiatique de la lumière au fond de soi, quand tout semble perdu… Gageons que la lumière intérieure du Maître Parfait Écossais rejaillisse sur nos lecteurs. E.°.R.°.

Le Chevalier de Saint André au Rite Écossais Primitif

Comment passer de la perfection du Maître à l’éternité d’une Jérusalem terrestre puis céleste ? Comment lire les signes qui balisent cette voie royale ? Quels moyens mettre en œuvre pour construire un temple de lumière ? C’est ce que nous propose le rituel de Maître Écossais, Chevalier de Saint André. Nous découvrons l’un des plus anciens des grades Rose-Croix élaborés par la franc-maçonnerie primitive Stuardiste, héritière de l’Ordre de Saint Lazare dont le Chevalier Ramsay fut un brillant représentant, et de l’Ordre de Saint André du Chardon d’Écosse. Héritier du fonds commun des fidèles d’amour, de l’hermétisme et de la chevalerie occidentale, le rituel du Chevalier de Saint André retentit d’un message étonnamment intemporel et moderne dans notre franc-maçonnerie du XXIème siècle. Notre Saint André, dans son sacrifice, propose ni plus ni moins, un chemin de lumière qui part des quatre coins du monde manifesté pour rejoindre un ciel de lumière. L’archétype de l’Andros qu’il représente, va par le renouvellement chevaleresque du message d’Amour, ressusciter l’immortel esprit qui sommeille en nous. C’est ici que tous les acquis des grades précédents du REP peuvent être regardés comme un puzzle de spiritualité où rien ne manque. Ce grade apparait à bien des égards comme le plus précieux et le plus authentique de tous les grades Rose-Croix. Il s’inscrit dans la précieuse tradition chevaleresque de quête de lumière et d’Amour par le sacrifice et le don de soi que nous vous invitons à vivre. Le Maître Ecossais Chevalier de Saint André appartient à la grande famille des grades Rose-Croix qui à vu le jour au début du XVIIIème siècle. Il est le 5èmeb grade du Early Grand Scottish ou Rite Écossais Primitif qui par son antériorité fut la base générique de nombreux rites. Robert Ambelain aimait à rappeler que ce rite était « Primigemus more majorem » le premier parmi les plus anciens. C’était un rite pratiqué par les officiers et bas officiers des régiments Écossais et Irlandais ce qui explique sa simplicité essentielle, son efficacité initiatique et son orientation spirituelle. E.·.R.·.

Études du Tarot divinatoire de R. Falconnier (2013)

Fondation du Temple Maçonnique